PIERRE EMMANUEL

Les nouveautés sur le site

Avril 2020


   La frise du centenaire en 3D : activités et articles à voir ici
~ janvier 2016-avril 2017 ~

 

• Cela s'est passé un... Semaine du 29 mars au 5 avril (ci-dessous).

L'extrait du mois :
    
- « La messe des ténèbres », 1e édition Le Temps de la poésie, G.L.M. décembre 1948, p. 15-23, repris dans Babel, Œuvres poétiques complètes, vol. I, L’Âge d’Homme, 2001, p. 697.
     - « L’état d’urgence », La Face humaine, Seuil, 1965.

• Regard sur... Chaïm Soutine.

 


28 novembre 2019 : décès de M. François Livi, exécuteur testamentaire du poète et président du Centre de recherche. Cf. colonne de droite (Centre de recherche).

----------------

     Mme Catherine Emmanuel Carlier, présidente de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel, lui rend ici hommage.

     Chers Amis,

     La nouvelle de la mort de François Livi nous a tous bouleversés, il est parti trop vite, trop tôt.
     Au fil du temps nous avions appris à le connaître. Nous aimions son humour, la qualité de son écoute, son humilité, sa bienveillance.
     Parfois, il se plaisait à nous raconter sa première rencontre avec Pierre Emmanuel, en 1966 rue de Varenne, alors qu’il était un tout jeune étudiant et comment très vite ils se lièrent d’une profonde amitié. Une amitié qui ne s’est jamais démentie.
     François Livi exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel fut le président du Centre de recherche, crée en 1986. Il a beaucoup œuvré, avec tous les membres du Centre, à la connaissance et à la mémoire du poète et nous lui en sommes très reconnaissants.
     Comme il va nous manquer lui qui nous a tant donné et tant appris !

     Catherine Emmanuel Carlier
     Présidente de l’Association des amis de Pierre Emmanuel

----------------




Des nouvelles dans "On en parle...", colonne de droite: livres, émissions et articles nouveaux sur Pierre Emmanuel.


 La lettre de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel et le bulletin d'adhésion 2019. Merci aux généreux donateurs !



IMPORTANT : Les photos, textes et autres documents de ce site ne sont pas libres de droit, ceux de Facebook ou des affiches non plus.


• Rappel : les liens sont visibles lorsqu'on passe sur le texte.
               Pierre Emmanuel a sa page facebook (ici).

 
Précédemment... en 2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012

Le mot de l'Association

     Depuis sa création, en 1985, l'Association s'est attachée à servir la mémoire de Pierre Emmanuel et à faire connaître son œuvre en apportant son soutien à des publications, rencontres, expositions, émissions radiophoniques et à différents hommages en France comme à l'étranger.
     La création d'un site Pierre Emmanuel s'est imposée comme une évidence et une priorité. Un nouvel outil pour retracer l'itinéraire de l'écrivain, du poète et de l'homme d'action engagé dans son siècle en faisant découvrir ses multiples visages : l'homme de culture, son action auprès des médias, mais aussi l'homme de foi, l'homme courageux, le résistant, le défenseur des droits de l'homme.
     C'est un travail énorme qui fut engagé, un travail exigeant et rigoureux mené par Anne Simonnet (*) aidée dans ses recherches par des témoins de la vie de Pierre Emmanuel, par le Centre de recherche et par la famille du poète. Une approche aussi complète a nécessité des années de consultation dans les archives de la BNF, de l'Imec, l'Ina, et d'autres fonds. Des manuscrits, des photographies, des lettres et des documents souvent inédits, prêtés par des amis, des proches ou d'anciens collaborateurs de Pierre Emmanuel ont considérablement enrichi le site.
     Pierre Emmanuel visionnaire, initiateur et créateur de la Vidéothèque (Forum des Images), confiant dans les nouvelles technologies, aurait certainement apprécié l'instrument de connaissance, de dialogue et d'échange que constitue un tel site.
     Proposer un site clair, lisible, complet et accessible à tous, telle fut notre démarche pour que Pierre Emmanuel reste vivant dans les mémoires.

Catherine Carlier, Présidente de l'Association

 

 (*) Anne Simonnet est professeur de Lettres classiques, Docteur ès Lettres, auteur de l'ouvrage Pierre Emmanuel, poète du Samedi saint et d'une thèse : Le Christ de Pierre Emmanuel. L'élaboration d’un mythe personnel.

La lettre de l'Association 2019Bulletin d'adhésion 2019

Cela s'est passé un... (La micro-information du jour)

29 mars

29 mars 1974

     « L’implosion », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, p. 1, 24. « Quel que soit mon respect des hommes de science, quelque certitude que j’aie de leur capacité de prévision extérieure dans les limites de leur savoir, je ne les crédite pas d’une sagesse intérieure en quelque sorte spécifique. Je les vois angoissés devant certaines perspectives de démesure ouvertes par la science, et conscients des limites politiques de leur pouvoir. Ce sentiment de responsabilité les honore, mais ne leur donne pas à lui seul un regain suprêmement lucide sur les valeurs et les finalités humaines. Il leur est difficile, par exemple, de faire place à la notion de liberté dans leur idéal de gestion globale. En fait, ils en restent à la loi des grands nombres, à l’humanité, non aux hommes individuels. Or, on peut se demander de quel intérêt serait la survie de l’espèce sans celle des individualités : c’est même l’une des questions qui nous hantent, et que ne résout pas, pour citer le rapport, “l’universalité des aspirations humaines qu’ont opérée les media” ».

 

30 mars

30 mars 1942

     Carte de guerre à Jean Lescure. « [J]e reçois vos deux photos ; nous en avons sauté de joie ! Mais votre amie a égaré Messages, que je ne pourrai voir. Par Giron je vous ai envoyé Combats et Cantos, avec un exemplaire pour Duval. Bientôt ce sera Le Poëte et son Christ, qui vient de sortir en Suisse. On travaille, parfois lentement. Des tas de choses manquent : musique, peinture, sculpture… Mais – ce qui remplace – quelquefois des stimulants inattendus : colère, mépris, etc… »

 

31 mars

31 mars 1970

     Enregistrement d’une émission radiophonique pour France Inter : « Votre jardin secret », avec Pierre Emmanuel. « - Être poète est-ce un métier ?
     Pierre Emmanuel : Mon Dieu, c’est un métier qui ne nourrit pas son homme et si je ne faisais que ce métier-là je crois que je mourrais de faim tout doucement, comme d’ailleurs mourraient beaucoup de poètes, mais en tout cas c’est vrai que c’est un destin. Il faut travailler tous les jours. Il faut travailler comme un bon ouvrier, sans attendre qu’une inspiration vienne sous la forme d’une muse ou de l’aile d’un ange qui frôlerait le front du poète. En réalité c’est ce travail attentif à dire, à exprimer ce qui va venir précisément parce que l’on travaille, qui constitue le fonds de l’art littéraire et particulièrement de la poésie.
     - Et l’inspiration, alors ?
     Pierre Emmanuel : Eh bien l’inspiration vient du travail, mais elle ne précède pas le travail lui-même. »

 

1 avril

1 avril 1946

     « Exorcisme ou prophétie ? »,article de Pierre Emmanuel dans Labyrinthe, Genève, n° 18, p. 8. « Parler n’est point jouer avec les mots, jouer des mots : c’est créer de l’être, c’est s’engager dans un effort de connaissance. Or, l’être ne se crée qu’en avant : le langage est en devenir, donc étroitement lié à l’histoire. Celle-ci, vue de manière assez haute, se présente comme une exposition du drame humain : comme un mode du langage, dont la syntaxe nous est mal connue, car nous ne saisissons que par éclairs l’énergie qui s’y manifeste – énergie de l’espèce en mouvement à travers les individus. Certes, nous savons à quels contre-sens peut mener un réalisme aveugle de la circonstance. Le fait brut peut être l’expression de la vérité : mais alors même qu’il n’est point trompeur, il n’est en rien la vérité tout entière. Toute circonstance est un faisceau de déterminations, les unes accidentelles (ce sont souvent les plus visibles), les autres essentielles (celles-ci, les plus cachées, sont les constantes de notre destin). Il suit de là que la circonstance signifie, mais qu’il dépend de nous de la comprendre, à différentes profondeurs de réalité spirituelle. »

 

2 avril

2 avril 1983

     André Marissel, « Une année de grâce, par Pierre Emmanuel », Réforme, p. 9. « Avant tout, ce nouveau livre de Pierre Emmanuel : Une année de grâce me frappe par l’attention du journaliste au “chaos d’événements, d’informations” vis-à-vis duquel essayer de trier, d’analyser, de dégager un sens est plus que jamais impératif, et par l’exceptionnelle générosité de pensée. Dédier, comme le fait notre ami, l’ensemble de ses chroniques — “feuilles volantes 1981-1982” — à la Pologne, c’est déjà un acte, une orientation : rien de ce qui se passe à l’Est ne lui échappe, mais, ici même, il se sent solidaire de l’homme de la rue, semaine après semaine contraint de surmonter ses drames grands et petits. »

 

3 avril

3 avril 1954

     Roger Giron, « Confession de Pierre Emmanuel », L’Information, 3 avril 1954, p. 10. « Un autre poète [après Musset] nous donne, aujourd’hui, la confession d’un enfant de ce siècle-ci : Pierre Emmanuel, chantre savant du Tombeau d’Orphée. Sa confession, il l’intitule : L’ouvrier de la onzième heure, c’est un cri étouffé, souvent douloureux, littéraire, certes, mais d’une constante sincérité.
     Quel que soit le prétexte de ce mal que se transmettent les siècles, sa véritable cause, c’est la recherche d’une raison d’être profonde, suffisante, qui dépasse les hasards de la vie et les divers aspects du destin ; on pourrait dire qu’il est fait d’un besoin d’apostolat. L’Empire, ses héroïsmes et ses gloires, dont la nostalgie laissait l’enfant du siècle de Musset désemparé, chez Pierre Emmanuel s’appelle le communisme. Il y a cru de tous ses jeunes espoirs ; il y est allé de tout son jeune enthousiasme, comme à la Résistance qu’il évoque ici ; il y a milité ; il y a même entraîné d’autres jeunes avides, comme lui, d’idéal humain, de pureté sociale et désireux, comme lui, de donner une signification à leur vie. Son nom fut parmi ceux des intellectuels du parti qui, aujourd’hui, le tiennent pour un traître. Parce que le temps est venu, pour lui comme pour bien d’autres, qui l’avouent ou non, de la déception. L’enfant du siècle n’a guère trouvé que le petit côté de l’homme, là où il avait espéré que l’homme s’élèverait, grâce à la conscience de sa condition. »

 

4 avril

4 avril 1964

     « En chemin », Réforme, n° 994, p. 13. « La nature touche-t-elle à sa fin ? Les symptômes rapportés plus haut le font craindre. Tout étant lié dans le monde, mystérieusement, il se pourrait que les pratiques concentrationnaires sur l’homme et la bête soient un même événement dans l’histoire démoniaque de l’esprit, et que l’antériorité des unes aux autres ait un sens épouvantable, la nature humaine étant première attaquée et conséquemment la nature entière. Attaquées dans les ténèbres : bourreau SS ou fermier modèle, l’homme ici ne sait trop ce qu’il fait. Fasciné, terrorisé, par l’attente des métamorphoses, il multiplie les hasards monstrueux. Et si le plus monstrueux, c’était cet homme innombrable, concentré sur sa planète trop étroite, jusqu’à l’universelle auto-destruction ? »

 

5 avril

5 avril 1973

     Pierre Emmanuel, « Loisir et société industrielle », Intervention au Congrès international « Les Loisirs dans la société industrielle », Bruxelles, Fondation Van Clé, 5-7 avril 1973, p. 29-38. « Puisque pour beaucoup, durant le travail, la vie est mise entre parenthèses, elle devrait, pendant le temps libre – en fin de semaine, (32) en vacances –, se libérer de son canevas, se rythmer de manière tout autre. En fait, ce changement de rythme n’est pas facile, il est souvent même angoissant. Pourquoi ? Parce que le temps libre n’est pas appréhendé comme une disponibilité de l’être, mais qu’il est perçu comme une suite d’heures et de jours à remplir. Ce n’est donc pas une réalité désirable en soi, sous quelque forme qu’il nous plaise de lui donner ; ce n’est qu’un prétexte à consommation d’une autre nature que quotidienne. L’industrie des loisirs l’a parfaitement compris. Ce temps libre, si convoité, si chèrement gagné, est une rupture, une vacance, d’habitudes : rien n’y prépare dans la vie de chaque jour. Celui qui devient, sans qu’il s’en doute, une machine à passer le temps, n’est plus à même de passer le temps dès qu’il cesse d’être cette machine. Alors l’industrie des loisirs en fait sa proie. Sa vie vacante est accaparée, lotie en distractions préfabriquées. Ce n’est pas lui qui crée sa part autonome d’existence ; cette part lui est fournie, le délivrant de l’obligation d’être libre. »

 
 

À écouter...

Un extrait de Babel lu par Pierre Emmanuel en 1983

 

L'extrait du mois

Poésie


     Du plus profond de ma misère et de ma mort
     Qui sont misère et mort à tout homme communes,
     Non point sur l’or de la patène, non sur l’or
     Tombé des mains du dernier prêtre, mais sur l’une

     De mes paumes criant au ciel les doigts crispés,
     – Une paume et ce bras tendu trouant la vase
     Ô messe ultime sur le monde naufragé –
     J’élève à Toi l’oblation de la boue noire

     Seigneur ! J’ai ramassé ton pain dans le ruisseau,
     Jeté par quelque mauvais pauvre : la famine
     Du monde est toute dans ce pain. Le pus, et l’eau
     Des pleurs, le sang honteux versé dans les sentines

     Voilà le vin du sacrifice : toute soif
     A déposé son sel au creux de l’écuelle,
     Et la chair de ma paume est à vif, où Tu bois
     La déréliction brûlante de mes veines.

« La messe des ténèbres », 1e édition Le Temps de la poésie, G.L.M. décembre 1948, p. 15-23.

__________________

Prose

     « Dans notre société qui n’en est pas une, grégaire sans communion, agglutinante sans lien, où tout est possible mais où rien ne dure, où le passé n’est plus présent de manière organique, où les nations n’ont plus d’histoire, où la culture n’est qu’un musée, où les religions se survivent, où se caméléonisent les idéologies, quelle image l’individu isolé, déraciné, sans origine ni famille, sans héritage ni vocation, peut-il se faire de la solidarité mystique des hommes ou de la Communion des Saints ? Chacun sent confusément que la forme humaine était un bien commun que nous ne savons plus invoquer, donc préserver, et dont l’effritement entraîne le nôtre. Sans une symbolique mystérieuse liant l’individu et la communauté, nul n’aurait la force de supporter sa conscience vide. L’humanité le sait d’instinct. Aussi, même sans Dieu ni religion, n’est-elle jamais sans liant. Bien plus : elle ne cesse de s’inventer des ersatz de vie éternelle. Elle a pour cela ses philosophes, qu’elle préfère aux saints car ceux-là n’exigent d’elle qu’un exercice de la vanité. »

« L’état d’urgence », La Face humaine, Seuil, 1965.

Le centre de recherche

Le mot du Président

     Le Centre de Recherche Pierre Emmanuel attache la plus grande importance au site Pierre Emmanuel. Récemment créé, grâce à l’Association des Amis de Pierre Emmanuel, à la générosité de la famille du poète, aux compétences et à l’inlassable activité d’Anne Simonnet, ce site fédère les efforts de tous ceux qui sont attachés à l’œuvre de Pierre Emmanuel et ont pris à tâche de la faire mieux connaître. Très riche et fort bien présenté, ce site est un excellent instrument de dialogue entre les spécialistes de Pierre Emmanuel et ceux qui, venant des horizons les plus variés, découvrent son œuvre littéraire, son action culturelle, son engagement dans la vie de la cité.
     Depuis sa fondation, en novembre 1986, le Centre de Recherche Pierre Emmanuel s’efforce de promouvoir et de développer la recherche sur l’œuvre, les activités et la pensée de Pierre Emmanuel. Du premier classement des manuscrits et des inédits du poète à l’organisation de colloques universitaires, de la publication des œuvres poétiques complètes à la publication d’inédits, ses réalisations se sont toujours inspirées de ces principes. La vitalité du site est une aide très efficace à la réussite des actions envisagées pour 2014, trentième anniversaire de la mort de Pierre Emmanuel, et 2016, centième anniversaire de sa naissance.

François Livi, Président


Souvenir et hommage des exécuteurs testamentaires

     Ginette Adamson, Anne-Sophie Constant et François Livi.
     
Chacun d'eux a bien voulu répondre à trois questions :
     - Comment avez-vous connu Pierre Emmanuel ?
     - Quel livre du poète préférez-vous ?
     - Pourquoi vous semble-t-il important que son oeuvre soit connue ?

28 novembre 2019

     M. François Livi, exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel, président du Centre de recherche, professeur émérite de Langue et littérature italiennes à l'Université Paris-Sorbonne, est décédé ce 28 novembre 2019. Les obsèques auront lieu mardi 3 décembre à 10 h 30 dans l’église Saint Jean-Baptiste de Grenelle. Travailleur infatigable, il mit jusqu'à sa mort ses très grandes qualités humaines et intellectuelles au service du poète qui l’honorait de son amitié depuis 1966.
     En attendant de plus amples hommages, on trouvera ci-dessous le récit qu’il faisait de sa première vraie rencontre avec Pierre Emmanuel et le premier article qu’il publia sur son œuvre dans la revue La Table ronde.

François Livi, « Ligne de faîte », La Table ronde, n° 227, décembre 1966, p. 147-148.
 

Éditions, rééditions…

Février 2019

     Les éditions Corlevour rééditent La Face humaine.

 

     « Le but de ce livre n’est pas de donner je ne sais quelles règles d’une poésie qui se dirait « religieuse », mais de montrer quel mode d’adoration prolonge logiquement la poésie. Louange adressée à l’Ouvert, ce livre est lui-même un acte d’adoration mené de son début à son terme.
      L’adoration, face au transcendant, est l’acte intégrateur parvenu à son point de rupture : donc le résultat du travail de la pensée en vue de sa cohérence même, travail qui réussit par cette rupture illuminante où il échoue. Ce travail fait apparaître et converger dans l’homme certaines directions ou intentions privilégiées, constantes de l’esprit dans son activité créatrice, dans sa quête réalisante. La poésie, l’une de ces constantes, peut être dite l’usage exhaustif du verbe en quête de son essence.
     Qui entend cette définition est un poète, quand même il n’aurait jamais écrit un seul vers : mais qui ne l’entend pas, même s’il est poète, ne sera jamais pleinement, exhaustivement tel. Sans pour autant mépriser le métier des vers, ni les jeux verbaux de l’intelligence sensible, je n’emploie le mot « poésie » que dans le sens d’attention passionnée à la vérité consubstantielle au langage, mieux : d’identification singulière au destin du verbe humain. De cette vocation, je cherche la fin aux deux sens du mot : fin qui en est évidemment l’essence. » Pierre Emmanuel

     Sur le site de l'éditeur

On en parle...

7 mars 2020

     À l’occasion du prix de l’Association France-Algérie reçu par le chroniqueur Hakim Laâlam, le journal Liberte-Algerie.com rappelle l’action de Pierre Emmanuel aux côtés de Germaine Tillion pour le peuple algérien, en particulier la fondation du « Fonds de solidarité franco-algérien » en 1961.

On peut lire l’article ici.


22 janvier 2020

     France 3 diffuse « Les vies d’Albert Camus ». On y voit Pierre Emmanuel dans une séquence de 1946, prise dans les bureaux du Comité national des écrivains, en conversation avec Mauriac.

     L’émission peut être consultée ici.


18 décembre 2019

     M. François de Saint-Chéron, maître de conférences HDR en littérature contemporaine à Lettres Sorbonne Université, membre du Centre de recherche Pierre Emmanuel, enregistre pour canal-u.tv une émission sur « Les poètes de la résistance » qui fait une belle part à Pierre Emmanuel.

L’émission peut être consultée ici.


28 octobre 2019

     Les InfosDijon signalent que Michel Lagrange a reçu le 27e prix de l'association des Poètes de l'amitié. Dans son discours de remerciement il a cité Pierre Emmanuel « à partir d'une de ses préfaces où il plaidait pour "un combat intellectuel et spirituel, un élan vers ce qui nous dépasse et nous métamorphose, la poésie comme exercice, comme acte spirituel dont le risque s'inscrit dans l'existence même, ce n'est pas un jeu, c'est une édification de soi, un destin". »

     On peut lire l’article ici.


30 septembre 2019

     À son tour Le Soir de Bruxelles évoque Pierre Emmanuel à propos de la mort de Chirac en rappelant la création de la Maison de la Poésie.

     On peut lire l’article ici.


26 septembre 2019

     Le journal des arts rappelle que M. Jacques Chirac, « l’allié des arts et de la culture », permit la création de la Maison de la Poésie de Paris, à l’instigation de Pierre Seghers et Pierre Emmanuel.
     L'article ne précise pas que, quelques années plus tôt, Pierre Emmanuel avait porté le projet de la Vidéothèque, aujourd'hui "Forum des images" - ce que rappelle un article du Point, ni que M. Chirac l'avait nommé à la tête de l'INA lors de sa création.

 

     On peut lire l’article du Journal des arts ici,
     celui du Point ici.
     Pour en savoir plus sur la vidéothèque, voir ici.


3 septembre 2019

      Le site lapresse.ca rend hommage au journaliste Pierre Nadeau, mort ce 3 septembre 2019. Elle rappelle :

     « C’est le grand poète et futur académicien Pierre Emmanuel qui se prit de sympathie pour le jeune Canadien et qui lui octroya des petites piges à raison de cinq dollars pièce. »

     On peut lire l’article ici.