PIERRE EMMANUEL

Les nouveautés sur le site

Mai 2024


   La frise du centenaire en 3D : activités et articles à voir ici
~ janvier 2016-avril 2017 ~

 

• Cela s'est passé un... Semaine du 19 au 26 mai (ci-dessous).

L'extrait du mois :
    
- « Pierre », Visage nuage, Seuil, 1955, p. 45 ; Œuvres complètes, vol. I, L’Âge d’Homme, 2001, p. 768.
     - « Chemins de la poésie, Enquête de Dominique Arban : « Le poète est celui qui se surmonte pour agir et créer », répond Pierre Emmanuel », Combat, 16 mai 1947, p. 2.

• « The power of the poet », The Atlantic, n° 187, janvier 1951, p. 74-77.

 

 


28 novembre 2019 : décès de M. François Livi, exécuteur testamentaire du poète et président du Centre de recherche. Cf. colonne de droite (Centre de recherche).

----------------

     Mme Catherine Emmanuel Carlier, présidente de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel, lui rend ici hommage.

     Chers Amis,

     La nouvelle de la mort de François Livi nous a tous bouleversés, il est parti trop vite, trop tôt.
     Au fil du temps nous avions appris à le connaître. Nous aimions son humour, la qualité de son écoute, son humilité, sa bienveillance.
     Parfois, il se plaisait à nous raconter sa première rencontre avec Pierre Emmanuel, en 1966 rue de Varenne, alors qu’il était un tout jeune étudiant et comment très vite ils se lièrent d’une profonde amitié. Une amitié qui ne s’est jamais démentie.
     François Livi exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel fut le président du Centre de recherche, crée en 1986. Il a beaucoup œuvré, avec tous les membres du Centre, à la connaissance et à la mémoire du poète et nous lui en sommes très reconnaissants.
     Comme il va nous manquer lui qui nous a tant donné et tant appris !

     Catherine Emmanuel Carlier
     Présidente de l’Association des amis de Pierre Emmanuel

----------------




Des nouvelles dans "On en parle...", colonne de droite: livres, émissions et articles nouveaux sur Pierre Emmanuel.


 La lettre de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel et le bulletin d'adhésion 2019. Merci aux généreux donateurs !



IMPORTANT : Les photos, textes et autres documents de ce site ne sont pas libres de droit, ceux de Facebook ou des affiches non plus.


• Rappel : les liens sont visibles lorsqu'on passe sur le texte.

 
Précédemment, en...
 2024
2023    2022
2021     2020
2019    2018
2017     2016
2015    2014
2013    2012

Le mot de l'Association

     Depuis sa création, en 1985, l'Association s'est attachée à servir la mémoire de Pierre Emmanuel et à faire connaître son œuvre en apportant son soutien à des publications, rencontres, expositions, émissions radiophoniques et à différents hommages en France comme à l'étranger.
     La création d'un site Pierre Emmanuel s'est imposée comme une évidence et une priorité. Un nouvel outil pour retracer l'itinéraire de l'écrivain, du poète et de l'homme d'action engagé dans son siècle en faisant découvrir ses multiples visages : l'homme de culture, son action auprès des médias, mais aussi l'homme de foi, l'homme courageux, le résistant, le défenseur des droits de l'homme.
     C'est un travail énorme qui fut engagé, un travail exigeant et rigoureux mené par Anne Simonnet (*) aidée dans ses recherches par des témoins de la vie de Pierre Emmanuel, par le Centre de recherche et par la famille du poète. Une approche aussi complète a nécessité des années de consultation dans les archives de la BNF, de l'Imec, l'Ina, et d'autres fonds. Des manuscrits, des photographies, des lettres et des documents souvent inédits, prêtés par des amis, des proches ou d'anciens collaborateurs de Pierre Emmanuel ont considérablement enrichi le site.
     Pierre Emmanuel visionnaire, initiateur et créateur de la Vidéothèque (Forum des Images), confiant dans les nouvelles technologies, aurait certainement apprécié l'instrument de connaissance, de dialogue et d'échange que constitue un tel site.
     Proposer un site clair, lisible, complet et accessible à tous, telle fut notre démarche pour que Pierre Emmanuel reste vivant dans les mémoires.

Catherine Carlier, Présidente de l'Association

 

 (*) Anne Simonnet est professeur de Lettres classiques, Docteur ès Lettres, auteur de l'ouvrage Pierre Emmanuel, poète du Samedi saint et d'une thèse : Le Christ de Pierre Emmanuel. L'élaboration d’un mythe personnel.

La lettre de l'Association 2022Bulletin d'adhésion 2022

Cela s'est passé un... (La micro-information du jour)

19 mai

19 mai 1950

     Enregistrement d’une émission radiophonique sur Alfred Tennyson dans le cadre « Poètes du monde en 1850 », texte de Pierre Emmanuel. « N’en déplaise à Coleridge, toute l’œuvre de Tennyson est musique, musique soutenant et même créant le sens spirituel. De tous les poètes anglais, il est l’un des plus difficiles à traduire, bien que sa poésie paraisse des plus claires quand on la lit dans l’original. Mais la phrase sinueuse, harmonieusement contrastée, se poursuit d’une strophe à l’autre : la période échappe au traducteur, qui maintient la syntaxe au prix de la fluidité du son. Certes, nous pouvons rendre parfois, jusqu’à un certain point, tel poème, comme le Liminaire de In Memoriam, scandé comme la paraphrase d’un psaume (…) ».

 

20 mai

20 mai 1983

     « L’école, pour quoi faire ? », article de Pierre Emmanuel dans France catholique, n° 1901. « À partir de l’année prochaine, les mentions seront supprimées au baccalauréat. Par souci égalitaire, comme la crainte qu’ont certains enseignants de noter et de classer leurs élèves, et ainsi de les “traumatiser”. Ou cette crainte est puérile, ou le système éducatif est encore plus ébranlé qu’il n’y paraît. J’ignorais que les “bons élèves” pussent jeter sur les “moins bons” et même sur les “mauvais” une ombre à ce point écrasante. Il me semblait aussi “traumatisant” parfois, et peut-être davantage, d’être le premier que le dernier. De ma carrière de premier de classe, je n’ai pas gardé qu’un souvenir flatteur pour ma vanité. Bien des situations “cuisantes” m’ont fait tôt comprendre que la société n’est pas entièrement à l’image de ses hiérarchies officielles. J’ai vite compris dans ce microcosme où j’étais le plus jeune, qu’être intellectuellement le meilleur ne suscite pas que des sentiments élevés, tant chez celui qui l’est que chez ceux qui le jalousent ; et que la tendance naturelle d’une société d’égaux n’est pas vers l’émulation, mais vers le nivellement. En règle générale, les niveleurs sont physiquement les plus forts : mais il est une façon de ne pas être nivelé par eux, c’est de devenir leur inspirateur et leur chef, d’où peut naître une vocation politique. »

 

21 mai

21 mai 1980

     « Les chiens couchants de l’histoire », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, 21 mai 1980, p. 2. « Nous ne voulons pas être les chiens couchants de l’histoire. Nous avons conscience d’entrer dans une période où, en peu de temps, va se décider, avec le sort du monde occidental, le destin de la liberté en France. La France que nous aimons, à laquelle nous croyons, qui fait partie de notre substance même, et dont l’identité et la permanence sont liées à des principes de liberté et de justice dont la notion universelle des droits de l’Homme est issue, semble s’effilocher au vent des phrases officielles.
     Depuis deux ans, l’effacement des valeurs et des principes au profit des intérêts conjoncturels apparaît comme un procédé de plus en plus affirmé, une politique. C’est la politique contraire, si évidemment refusée, qui seule correspond au défi de l’histoire. Nous avons besoin, nous autres Français, de savoir qui nous sommes dans ce monde, ce que nous y défendons, et si ce sont des idées ou seulement – sur le dos d’autrui, pour une illusoire temps de grâce – les « lâches prudences » d’une provisoire survie. »

 

22 mai

22 mai 1983

     Écriture de « La France n’est pas (encore) Babel », à paraître dans France catholique, n° 1903. « C’est […] aujourd’hui la Pentecôte, et j’ai écouté, avec le même émerveillement que toujours, ce passage des Actes des Apôtres : “Ces gens-là ne sont-ils pas tous des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?”
     [...] Mais dès le parvis de l’église, les malentendants que nous sommes recommencent à s’entrelarder de malentendus. Pourtant, il n’y a parmi nous ni Parthes, ni Mèdes, ni Élamites, ni Phrygiens, ni Pamphiliens, mais uniquement des Français parlant entre eux le même (ou approximativement le même) idiome. Parlant entre eux ? Non : les uns contre les autres, jusqu’à définitive incommunicabilité…
     Que faire, chère lectrice ? "Ce n’est même plus la peine d’essayer de prendre une initiative", dites-vous ? Je vous en propose pourtant une, très ancienne – si une initiative peut être ainsi qualifiée. Très ancienne, mais qui appelle, invoque, parfois bienheureusement provoque un Commencement absolu. Chantons ensemble les trois versets suivants du Veni Sancte Spiritus, dans leur magnifique matin mystique, l’honneur de près d’un millénaire de chrétienté : "Sine tuo numine, Nihil est in homine, Nihil est innoxium. Lava quod est sordidum, Riga quod est aridum, Sana quod est saucium. Flecte quod est rigidum, Fove quod est frigidum, Rege quod est devium ».
     Mais supposez, chère lectrice, que nous soyons exaucés ? Peut-être n’aurions-nous plus, vous et moi, qu’à nous taire… »

 

23 mai

23 mai 1974

     « Quelles conditions pour une seule France ? », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, p. 2. « En fait, l’égalité réelle supposerait un changement de mentalité. Notre société éclatée n’a plus de pères, mais surtout plus de mères. Voyez le nombre d’enfants qui portent en collier les clefs du logis. Beaucoup de femmes, parmi celles pour qui la maternité était la vraie fonction, la savent irremplaçable. Elles travaillent autant que les hommes, souvent avec la même compétence, sans accéder aux mêmes responsabilités. Par centaines de mille, elles sont secrétaires, assistantes ; certains bureaux ressemblent à des gynécées. Quant à l’ouvrière d’usine, son sort, à travail égal, est souvent plus dur que celui d’un ouvrier. Dans l’enseignement, le nombre des femmes croît sans cesse. Elles forment un sous-prolétariat universitaire voué à l’incertitude de l’emploi.
     À trente-cinq ans, bien des diplômées intelligentes, ayant de l’expérience et la faculté de s’adapter, peuvent se trouver face à la perspective du chômage indéfini. Comme dit le jargon d’entreprise, “leur candidature, bien qu’intéressante, ne correspond pas au profil du poste à pourvoir”.
     Et c’est le chômage, la révolte intérieure, le désespoir : surtout pour les très nombreuses célibataires que l’on croit indépendantes et qui le sont malgré elles, victimes d’une transformation inhumaine de la société.
     D’une transformation inhumaine : les individus sont atomisés, désintégrés. »

 

24 mai

24 mai 1946

     « Poésie, victoire sur l’absurde », article de Pierre Emmanuel dans Temps présent, 10e année, n° 92, 24 mai 1946, p. 4. « Écrire une Poésie ininterrompue, c’est la vocation même d’Éluard. Aussi le long poème qui porte ce titre ne diffère-t-il pas, dans la substance et l’accent, des textes plus courts du même poète. Le mouvement qui le traverse est celui d’une eau qui coule à pleins bords, sans revenir sur soi sinon pour circonscrire un objet qui, telle la roche au sein de la rivière, résiste au flot sans réussir à le briser. Bien que ce poème soit l’un des plus vastes qu’Éluard ait écrits, sa continuité réside moins dans la souffle que dans l’unité de thème de ses divers fragments. Chaque strophe est un poème à elle seule : elle ne se raccorde pas à celle qui la précède ou la suit, mais elle contient implicitement l’ensemble du poème, dont elle est un aspect privilégié. »

 

25 mai

24 mai 1946

     « Poésie, victoire sur l’absurde », article de Pierre Emmanuel dans Temps présent, 10e année, n° 92, 24 mai 1946, p. 4. « Écrire une Poésie ininterrompue, c’est la vocation même d’Éluard. Aussi le long poème qui porte ce titre ne diffère-t-il pas, dans la substance et l’accent, des textes plus courts du même poète. Le mouvement qui le traverse est celui d’une eau qui coule à pleins bords, sans revenir sur soi sinon pour circonscrire un objet qui, telle la roche au sein de la rivière, résiste au flot sans réussir à le briser. Bien que ce poème soit l’un des plus vastes qu’Éluard ait écrits, sa continuité réside moins dans la souffle que dans l’unité de thème de ses divers fragments. Chaque strophe est un poème à elle seule : elle ne se raccorde pas à celle qui la précède ou la suit, mais elle contient implicitement l’ensemble du poème, dont elle est un aspect privilégié. »


 

26 mai

26 mai 1971

     « La créativité (néologisme de plus) », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, 26 mai 1971, p. 48. Repris dans la Révolution parallèle, « La créativité c’est la communion », p. 81-90. « Pourquoi faire ce néologisme ? N’avons-nous pas faculté de créer, invention ? Ce nouveau-né si laid, si fripé, que la bouche n’a ni roulé ni poli, est l’objet non seulement de l’indignation des puristes, mais de la suspicion de ceux qu’inquiètent les intentions présumées de ses forgeurs. Ses contempteurs ne sont pas loin de penser qu’il est bourré de dynamite... Tentons de le désamorcer. »


 

 
 

À écouter...

Un extrait de Babel lu par Pierre Emmanuel en 1983

 

L'extrait du mois

Poésie

               Pierre

      Dans le grelot de ma cervelle
     Se loge à l’aise ma raison
     Je suis de substance rebelle
     À toute illumination

     Je suis opaque et n’ai que faire
     Des rayons altiers du savoir
     Je ne veux être qu’une pierre
     D’un bord à l’autre de l’histoire

     Pierre déjà tout érodée
     Quand Adam parut au jardin
     Pierre par tant de pieds roulée
     Sans amasser aucun destin

     Ma nature n’est point profonde
     Mais simplement d’aller au fond
     C’est ainsi qu’une pierre sonde
     L’océan de compassion

« Pierre », Visage nuage, Seuil, 1955, p. 45.

__________________

Prose

     « Dominique Arban  - Les "beaux hasards", comme vous dites, apportés par Rimbaud, ne sont-ils pas plus importants que toutes les démarches concertées d’un Hugo, d’un Musset, d’un Vigny, d’un Lamartine ?
     Pierre Emmanuel - Il m’est difficile de parler de Rimbaud. Je ne suis pas entré dans le monde de Rimbaud. J’ai peur de l’univers du rêve. Ma poésie, pourtant, a sa part de rêve, et même de rêve cosmique. Mais pour moi, le fait d’être un homme dans une contingence historique est beaucoup plus important que le fait d’être artiste.
     Un homme n’est un grand artiste que dans la mesure où son expérience morale passe dans son art. L’homme le plus extraordinaire du dix-neuvième siècle c’est Baudelaire, parce que chez lui l’art est la plus haute morale. Il est l’homme qui se surmonte pour agir et créer. »

« Chemins de la poésie, Enquête de Dominique Arban : « Le poète est celui qui se surmonte pour agir et créer », répond Pierre Emmanuel », Combat, 16 mai 1947, p. 2.

Le centre de recherche

Le mot du Président

     Le Centre de Recherche Pierre Emmanuel attache la plus grande importance au site Pierre Emmanuel. Récemment créé, grâce à l’Association des Amis de Pierre Emmanuel, à la générosité de la famille du poète, aux compétences et à l’inlassable activité d’Anne Simonnet, ce site fédère les efforts de tous ceux qui sont attachés à l’œuvre de Pierre Emmanuel et ont pris à tâche de la faire mieux connaître. Très riche et fort bien présenté, ce site est un excellent instrument de dialogue entre les spécialistes de Pierre Emmanuel et ceux qui, venant des horizons les plus variés, découvrent son œuvre littéraire, son action culturelle, son engagement dans la vie de la cité.
     Depuis sa fondation, en novembre 1986, le Centre de Recherche Pierre Emmanuel s’efforce de promouvoir et de développer la recherche sur l’œuvre, les activités et la pensée de Pierre Emmanuel. Du premier classement des manuscrits et des inédits du poète à l’organisation de colloques universitaires, de la publication des œuvres poétiques complètes à la publication d’inédits, ses réalisations se sont toujours inspirées de ces principes. La vitalité du site est une aide très efficace à la réussite des actions envisagées pour 2014, trentième anniversaire de la mort de Pierre Emmanuel, et 2016, centième anniversaire de sa naissance.

François Livi, Président


Souvenir et hommage des exécuteurs testamentaires

     Ginette Adamson, Anne-Sophie Constant et François Livi.
     
Chacun d'eux a bien voulu répondre à trois questions :
     - Comment avez-vous connu Pierre Emmanuel ?
     - Quel livre du poète préférez-vous ?
     - Pourquoi vous semble-t-il important que son oeuvre soit connue ?

28 novembre 2019

     M. François Livi, exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel, président du Centre de recherche, professeur émérite de Langue et littérature italiennes à l'Université Paris-Sorbonne, est décédé ce 28 novembre 2019. Les obsèques auront lieu mardi 3 décembre à 10 h 30 dans l’église Saint Jean-Baptiste de Grenelle. Travailleur infatigable, il mit jusqu'à sa mort ses très grandes qualités humaines et intellectuelles au service du poète qui l’honorait de son amitié depuis 1966.
     En attendant de plus amples hommages, on trouvera ci-dessous le récit qu’il faisait de sa première vraie rencontre avec Pierre Emmanuel et le premier article qu’il publia sur son œuvre dans la revue La Table ronde.

François Livi, « Ligne de faîte », La Table ronde, n° 227, décembre 1966, p. 147-148.
 

Éditions, rééditions…

Février 2019

     Les éditions Corlevour rééditent La Face humaine.

 

     « Le but de ce livre n’est pas de donner je ne sais quelles règles d’une poésie qui se dirait "religieuse", mais de montrer quel mode d’adoration prolonge logiquement la poésie. Louange adressée à l’Ouvert, ce livre est lui-même un acte d’adoration mené de son début à son terme.
      L’adoration, face au transcendant, est l’acte intégrateur parvenu à son point de rupture : donc le résultat du travail de la pensée en vue de sa cohérence même, travail qui réussit par cette rupture illuminante où il échoue. Ce travail fait apparaître et converger dans l’homme certaines directions ou intentions privilégiées, constantes de l’esprit dans son activité créatrice, dans sa quête réalisante. La poésie, l’une de ces constantes, peut être dite l’usage exhaustif du verbe en quête de son essence.
     Qui entend cette définition est un poète, quand même il n’aurait jamais écrit un seul vers : mais qui ne l’entend pas, même s’il est poète, ne sera jamais pleinement, exhaustivement tel. Sans pour autant mépriser le métier des vers, ni les jeux verbaux de l’intelligence sensible, je n’emploie le mot "poésie" que dans le sens d’attention passionnée à la vérité consubstantielle au langage, mieux : d’identification singulière au destin du verbe humain. De cette vocation, je cherche la fin aux deux sens du mot : fin qui en est évidemment l’essence. » Pierre Emmanuel

     Sur le site de l'éditeur

On en parle...

17 mai 2024

     Le site Reporterre présente le livre Le Prophète qui avait raison - La présidentielle de René Dumont, d’Arthur Nazaret, aux éditions Le Seuil. Il y cite longuement un article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro après les résultats de l’élection présidentielle.

     On peut lire l’article ici.


30 avril 2024

      Solange Bied-Charreton présente Le Nom sur le mur, d’Hervé Le Tellier, dans le journal Marianne. Celui-ci y rappelle le souvenir des « poètes Pierre Seghers et Pierre Emmanuel » en évoquant Dieulefit durant la guerre.

     On peut lire l’article ici.


Mars 2024

     Le monde diplomatique évoque, à l’occasion de l’hommage rendu aux Manouchian, L’honneur des poètes, et en particulier les poèmes de Pierre Emmanuel et de Pierre Seghers.

     On peut lire l’article ici.


26 février 2024

     France Culture propose une courte émission sur « Pierre Emmanuel, autre poète de la résistance ».

     On peut l’écouter ici.


16-17 janvier 2024

     Dans le cadre des Nuits de France-Culture, la radio retransmet « Le poème et son image : Jean Grosjean », avec Pierre Emmanuel.


26 décembre 2023

     Le site Fabula publie le 26 décembre 2023 un article de Marc Escola présentant Baroque et poésie moderne (revue Œuvres & critiques). Il y rappelle l’édition par Pierre Emmanuel des Tragiques d’Agrippa d’Aubigné.

     On peut le lire ici.


12 novembre 2023

     Les archives Sonuma présentent « Pierre Emmanuel ou la réconciliation », reportage réalisé en 1979. A l'occasion de la biennale de la poésie de Knokke-le-Zoute, Jean-Marie Mersch a pu s'entretenir avec le poète catholique Pierre Emmanuel.
     L’émission est visible en Belgique jusqu’au 18 novembre.

     Pour en savoir plus…


8 septembre 2023

     Le Point annonce la mort du journaliste et éditorialiste Jacques Julliard et rappelle : « Membre du comité de rédaction de la revue Esprit et proche de ses grandes plumes, parmi lesquelles Jean-Marie Domenach, Pierre Emmanuel et Paul Ricœur, il défendait le droit des peuples à l'autodétermination. »

     Lire l’article ici.