PIERRE EMMANUEL

Les nouveautés sur le site

Janvier 2023


   La frise du centenaire en 3D : activités et articles à voir ici
~ janvier 2016-avril 2017 ~

 

• Cela s'est passé un... Semaine du 29 janvier au 5 février (ci-dessous).

L'extrait du mois :
    
- « Hymne à la France », Jour de colère, Coll. « Poésie 45 », Seghers, 1945. D’abord publié seul en octobre 1944 à Monaco, aux Éditions du Rocher. Le poème est orné de trois compositions en couleurs de Léon Zack. Publié aussi dans Formes et couleurs, n° 6 1944, s. p. Il demeure inchangé en 1945 ; Œuvres poétiques complètes, vol. I, L’Âge d’Homme, 2001, p. 434.
     - Il est grand temps…, Autobiographies, chap. XI, L’Âge d’Homme, 2014, p. 533.

• Regard sur... Mikhaïl Lermontov.

 


28 novembre 2019 : décès de M. François Livi, exécuteur testamentaire du poète et président du Centre de recherche. Cf. colonne de droite (Centre de recherche).

----------------

     Mme Catherine Emmanuel Carlier, présidente de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel, lui rend ici hommage.

     Chers Amis,

     La nouvelle de la mort de François Livi nous a tous bouleversés, il est parti trop vite, trop tôt.
     Au fil du temps nous avions appris à le connaître. Nous aimions son humour, la qualité de son écoute, son humilité, sa bienveillance.
     Parfois, il se plaisait à nous raconter sa première rencontre avec Pierre Emmanuel, en 1966 rue de Varenne, alors qu’il était un tout jeune étudiant et comment très vite ils se lièrent d’une profonde amitié. Une amitié qui ne s’est jamais démentie.
     François Livi exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel fut le président du Centre de recherche, crée en 1986. Il a beaucoup œuvré, avec tous les membres du Centre, à la connaissance et à la mémoire du poète et nous lui en sommes très reconnaissants.
     Comme il va nous manquer lui qui nous a tant donné et tant appris !

     Catherine Emmanuel Carlier
     Présidente de l’Association des amis de Pierre Emmanuel

----------------




Des nouvelles dans "On en parle...", colonne de droite: livres, émissions et articles nouveaux sur Pierre Emmanuel.


 La lettre de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel et le bulletin d'adhésion 2019. Merci aux généreux donateurs !



IMPORTANT : Les photos, textes et autres documents de ce site ne sont pas libres de droit, ceux de Facebook ou des affiches non plus.


• Rappel : les liens sont visibles lorsqu'on passe sur le texte.

 
Précédemment, en...
2023    2022
2021     2020
2019    2018
2017     2016
2015    2014
2013    2012

Le mot de l'Association

     Depuis sa création, en 1985, l'Association s'est attachée à servir la mémoire de Pierre Emmanuel et à faire connaître son œuvre en apportant son soutien à des publications, rencontres, expositions, émissions radiophoniques et à différents hommages en France comme à l'étranger.
     La création d'un site Pierre Emmanuel s'est imposée comme une évidence et une priorité. Un nouvel outil pour retracer l'itinéraire de l'écrivain, du poète et de l'homme d'action engagé dans son siècle en faisant découvrir ses multiples visages : l'homme de culture, son action auprès des médias, mais aussi l'homme de foi, l'homme courageux, le résistant, le défenseur des droits de l'homme.
     C'est un travail énorme qui fut engagé, un travail exigeant et rigoureux mené par Anne Simonnet (*) aidée dans ses recherches par des témoins de la vie de Pierre Emmanuel, par le Centre de recherche et par la famille du poète. Une approche aussi complète a nécessité des années de consultation dans les archives de la BNF, de l'Imec, l'Ina, et d'autres fonds. Des manuscrits, des photographies, des lettres et des documents souvent inédits, prêtés par des amis, des proches ou d'anciens collaborateurs de Pierre Emmanuel ont considérablement enrichi le site.
     Pierre Emmanuel visionnaire, initiateur et créateur de la Vidéothèque (Forum des Images), confiant dans les nouvelles technologies, aurait certainement apprécié l'instrument de connaissance, de dialogue et d'échange que constitue un tel site.
     Proposer un site clair, lisible, complet et accessible à tous, telle fut notre démarche pour que Pierre Emmanuel reste vivant dans les mémoires.

Catherine Carlier, Présidente de l'Association

 

 (*) Anne Simonnet est professeur de Lettres classiques, Docteur ès Lettres, auteur de l'ouvrage Pierre Emmanuel, poète du Samedi saint et d'une thèse : Le Christ de Pierre Emmanuel. L'élaboration d’un mythe personnel.

La lettre de l'Association 2022Bulletin d'adhésion 2022

Cela s'est passé un... (La micro-information du jour)

29 janvier

29 janvier 1953

     Diffusion d’une émission sur Pierre Emmanuel dans la série « Cent ans de spiritualité dans les lettres françaises ». Stanislas Fumet présente la poésie de Pierre Emmanuel sur des musiques de son frère, Raphaël Fumet. Plusieurs poèmes de Pierre Emmanuel sont lus au cours de l’émission, dont certains par Maria Casarès. « Le Christ inséparable de nous-même. Toute la poésie de Pierre Emmanuel, sa conscience d’homme et de poète – il ne veut pas dissocier l’homme et le poète, et c’est je crois ce qui fait sa principale originalité à une époque où la parole ne se donne plus pour office de donner forme à la pensée – tout son art enfin, qui est proprement une exaltation clame ceci : que Dieu se livre à une incarnation perpétuelle, dont nous sommes littéralement habités, non point comme d’une grâce, non pas toujours comme d’une grâce, mais bien comme d’une destinée. Aussitôt que Pierre Emmanuel a écrit un de ses grands poèmes, à la suite, il est vrai, d’un choc reçu au contact des œuvres de son initiateur, Pierre Jean Jouve, on peut dire que le poète adolescent a senti ce Dieu s’agiter dans ses entrailles, mais non pour le recevoir à la manière de la Vierge élue, Marie de Nazareth, la seule qui l’enfanta, pour subir plutôt sa présence, imposée à son être comme une réalité, à son esprit comme une fatalité. »

 

30 janvier

30 janvier 1979

     Diffusion d’une émission radiophonique de la collection « Livres en fête ». Pierre Emmanuel s’entretient avec Jacques Pagam de son dernier recueil de poésie Una, la vie, la mort. « [D]ans le rapport entre l’homme et la femme, je crois que la femme est plus symbolique pour l’homme que l’homme n’est symbolique pour la femme ; c’est (…) la richesse de la femme qui est inépuisable ! Je crois que le masculin s’épuise beaucoup plus facilement, beaucoup plus immédiatement que le féminin… peut-être parce que le féminin est l’englobant de la vie ; parce que le féminin c’est la nature, parce que le féminin c’est l’élémentaire, parce que le féminin c’est la genèse, alors que le masculin n’est jamais que la conception ; il y a là quelque chose que je sens, que j’exprime très mal, parce que je le réduis à des concepts, maintenant, mais qu’une image d’une ligne me permet de saisir beaucoup mieux que je ne le dirais. En fait, c’est cela la vérité de la lecture poétique, pour ceux qui savent lire, n’est-ce pas ? »

 

31 janvier

31 janvier 1984

     Lettre à Sœur Dominique (Ste Marie de Maumont). « Pardonnez-moi de répondre aussi tard à votre lettre : je voulais achever à tout prix une œuvre commencée il y a quatre ans, certainement la plus ambitieuse que j’ai conçue, sinon la plus réussie. Peut-être connaissez-vous ce vers de Mallarmé qui dit assez bien ce que nous cherchons par des voies diverses, « Que la vitre soit l’art, soit la mysticité ». D’une certaine manière, votre fenêtre à vous sur le ciel est colorée par la poésie, fût-elle, humblement, celle de l’hymnologue qui se méfie, à juste titre peut-être, des confusions qu’affectionnent les poètes entre l’esthétique et l’oraison. Mais cette ineffable, infranchissable distance qui sépare l’homme valide de l’homme souffrant, et plus encore la souffrance humaine de la divine, n’est-elle pas exprimée dans les termes à la fois les plus poétiques et les plus justes qui soient ? »

 

1er février

1 février 1962

« En chemin », article de Pierre Emmanuel dans Réforme, n° 985, p. 13. « La reconnaissance de la Chine populaire est dans la logique des faits. Que ce grand fait soit de bonne politique, mon rôle ici n’est pas d’en discuter. Quelles que soient les arrières-pensées de celui qui a pris cette décision capitale, il se peut que l’une d’elles soit qu’un tel acte rend à la France, aux yeux du Tiers-Monde, une primauté morale que, la décolonisation réussie, notre pays entend assumer en la personne de son chef. (…) C’est faire en tout cas belle confiance au destin que d’équilibrer par un humanisme politique à la française la formidable ambition totalitaire dont la Chine ne nous laisse ignorer ni la nature ni l’impatience. Ce que cette attitude comporte de foi dans l’esprit de l’homme, et aussi dans l’âme des peuples, donne au risque par ailleurs calculé une dimension inhabituelle en politique. Comme il arrive souvent chez le général de Gaulle, l’identification à la France idéale rejoint une idée universelle de l’homme et passe très haut par-dessus la tête de la plupart des Français “réels”.

 

2 février

2 février 1952

     Diffusion d’une émission radiophonique sur Babel dans la série « Des idées et des hommes » de Jean Amrouche. « [L]a grande force, la leçon morale des camps de déportation, c’est en fin de compte la possibilité de préserver, la possibilité pour certains de préserver une réalité spirituelle intangible. Dans le poème dont il s’agit [« L’hymne des témoins »] je me réfère à l’expérience même de Martin-Chauffier qui, battu avec ces tuyaux de plomb, je crois, dont les soldats nazis se servaient pour flageller leurs victimes, se récitait des poèmes de Virgile pour ne pas flancher et ne pas crier. Il y a dans cette volonté de garder malgré tout et dans l’humiliation totale ce qui est essentiel, il y a évidemment un témoignage absolu quant à l’homme. Et c’est le sens de ce poème-là. Alors de ce poème est né, pourrait-on dire, l’ensemble du livre. »

 

3 février

3 février 1951

     Pierre Emmanuel, « La propagande politique », Feuille avis, Lausanne, 3 février 1951, p. 2. « La Collection Que sais-je ? aux Presses universitaires de France, est une encyclopédie permanente unique au monde et dont la bibliothèque de tout honnête homme compte un certain nombre de volumes, sur des sujets fort divers. Le benjamin de cette collection est d’une actualité singulière : il s’agit de La propagande politique, de Jean-Marie Domenach Ce dernier est rédacteur général de l’une des plus grandes revues françaises, Esprit, dont le fondateur Emmanuel Mounier mourut il y a quelques mois. Domenach est un jeune – il n’a pas trente ans – dont la formation politique est intéressante parce qu’elle s’est faite d’abord en milieu clandestin, sous l’occupation, et au contact des philosophies politiques tenues pour les plus révolutionnaires, le marxisme en particulier. Mais Domenach, pas plus que Mounier, n’a jamais transigé sur la nécessité de défendre la personne humaine contre quelque forme de totalitarisme que ce soit ; cette position de principe assurée, Domenahc ne s’est pas contenté de condamner en bloc les régimes totalitaires, il a tenté d’en comprendre les causes, d’analyser leurs mécanismes, de les considérer comme des faits sociaux de première grandeur, et non comme des mirages ou des mythes. Ce qui était se placer d’emblée hors des prises de la propagande, qui ne sait qu’anéantir ou exalter. »

 

4 février

4 février 1980

     « La gauche et les droits de l’homme », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, p. 1, 6. « Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir des intellectuels. Depuis deux siècles et demi, il a largement façonné la vie politique et sociale. Les grandes idéologies qui nous dominent sont des théories portant sur l’homme avant d’être des méthodes de gouvernement ou des pratiques de la révolution.
     Il y a quelque chose d’enivrant dans ces doctrines : ce sont des explications totales de l’histoire, des utopies réalisées. Ceux qui les admettent ne se posent pas la question de leur adéquation au réel, mais, comme le dit Alain Besançon, travaillent à imposer de force la surréalité contre le réel lui-même.
     Pour atteindre à la société idéale, où l’homme enfin désaliéné sera définitivement libre et bon, la pire contrainte est éventuellement justifiable, et la terreur. »

 

5 février

5 février 1955

     Diffusion de la cinquième émission radiophonique de la série « La vocation poétique, entretien avec Pierre Emmanuel » dans la collection « Des idées et des hommes » de Jean Amrouche. « [L]’enfer, c’est le chaos des instincts. Des instincts qui ne sont pas encore arrivés à la lumière, parce qu’ils n’ont pas trouvé peut-être, la forme à travers laquelle s’exprimer et en même temps s’exorciser. Dans Le Poëte et son Christ, il y a déjà, en tout cas jusqu’à un certain point, victoire sur le sentiment de l’irrémédiable mort. Mais ce n’est pas suffisant en ce sens que le Christ, dans Le Poëte et son Christ, reste toujours la figure médiatrice essentielle et même dans ce poème intitulé “Lazare ressuscitant”, où c’est bien Lazare, c’est-à-dire un homme, qui ressuscite, c’est tout de même le Christ qui va le chercher au fond du tombeau pour l’en faire surgir et qui fait l’épreuve du chaos intime, du désordre, et de l’espèce de division qui règne au cœur de Lazare. Il fallait donc qu’une occasion me fût fournie, à moi, de me mesurer avec ce monde intérieur que jusqu’alors je n’avais exprimé que par des symboles. Des symboles qui m’étaient en partie extérieur, puisqu’ils étaient empruntés à de grandes images traditionnelles. »

 
 

À écouter...

Un extrait de Babel lu par Pierre Emmanuel en 1983

 

L'extrait du mois

Poésie

     Corps en exil, traînant autour d’eux leur espace
     ils se sentent longés de loin comme des murs :
     les yeux gelés profond sur un ciel vide, ils passent
     transis, cherchant leur souffle en l’air opaque et dur.
     Peut-être ont-ils un nom, un ciel et une femme
     qu’importe ! nul ici qui veuille le savoir.
     L’horreur de les traiter comme des corps sans âme
     qu’elle nous soit comptée, Seigneur. Mais ce regard
     que Tu nous as donné comme Ta flamme sainte
     ne saurait éclairer que des hommes égaux,
     et ce visage clos maintenu hors d’atteinte
     c’est la patrie scellée qui reforme ses eaux

« Hymne à la France », Jour de colère, Coll. « Poésie 45 », Seghers, 1945. D’abord publié seul en octobre 1944 à Monaco, aux Éditions du Rocher. Le poème est orné de trois compositions en couleurs de Léon Zack. Publié aussi dans Formes et couleurs, n° 6 1944, s. p. Il demeure inchangé en 1945.

__________________

Prose

     « En une si courte vie d’homme, vouloir éprouver tout le destin de l’homme ; tenter d’être, depuis la glaise de son origine jusqu’à l’azur de son aspiration, cet Être inconcevable, ineffable, dont la genèse se poursuit en chacun de nous, dans nos sociétés et nos civilisations, à travers les révolutions qui croient le refaire ; m’efforcer d’embrasser la complexité et l’unité d’une forme humaine dont procèdent, dans l’infini détail quotidien, tous nos modes d’être, de sentir, de penser ; forme qui inclut, comme autant de moments de soi-même, tous ses états antérieurs d’achèvement, ces cultures dont chacune se regardait comme un système achevé de l’humain ; ne jamais me rassasier de tout ce qui, dans les travaux des chercheurs de l’homme, peut informer sur l’état présent de son idée tant ici que dans les mondes coexistants ; avoir foi, malgré les effondrements et les ruptures, en l’absolue continuité de cette idée, transcendante à toutes ses images en tout temps et en tout lieu ; sentir que cette idée fonde en elle mon esprit, qu’elle est l’énergie d’où naît ma joie, la force d’amour qui me promeut à l’être : telle fut, telle est, malgré mon savoir insuffisant, malgré ma mémoire souvent défaillante, malgré la distraction qui me détourne sans cesse de l’effort de me concentrer, la vaine et sublime ambition qui me projette dans l’avenir et m’exalte. »

Il est grand temps…, Autobiographies, chap. XI, L’Âge d’Homme, 2014, p. 533.

Le centre de recherche

Le mot du Président

     Le Centre de Recherche Pierre Emmanuel attache la plus grande importance au site Pierre Emmanuel. Récemment créé, grâce à l’Association des Amis de Pierre Emmanuel, à la générosité de la famille du poète, aux compétences et à l’inlassable activité d’Anne Simonnet, ce site fédère les efforts de tous ceux qui sont attachés à l’œuvre de Pierre Emmanuel et ont pris à tâche de la faire mieux connaître. Très riche et fort bien présenté, ce site est un excellent instrument de dialogue entre les spécialistes de Pierre Emmanuel et ceux qui, venant des horizons les plus variés, découvrent son œuvre littéraire, son action culturelle, son engagement dans la vie de la cité.
     Depuis sa fondation, en novembre 1986, le Centre de Recherche Pierre Emmanuel s’efforce de promouvoir et de développer la recherche sur l’œuvre, les activités et la pensée de Pierre Emmanuel. Du premier classement des manuscrits et des inédits du poète à l’organisation de colloques universitaires, de la publication des œuvres poétiques complètes à la publication d’inédits, ses réalisations se sont toujours inspirées de ces principes. La vitalité du site est une aide très efficace à la réussite des actions envisagées pour 2014, trentième anniversaire de la mort de Pierre Emmanuel, et 2016, centième anniversaire de sa naissance.

François Livi, Président


Souvenir et hommage des exécuteurs testamentaires

     Ginette Adamson, Anne-Sophie Constant et François Livi.
     
Chacun d'eux a bien voulu répondre à trois questions :
     - Comment avez-vous connu Pierre Emmanuel ?
     - Quel livre du poète préférez-vous ?
     - Pourquoi vous semble-t-il important que son oeuvre soit connue ?

28 novembre 2019

     M. François Livi, exécuteur testamentaire de Pierre Emmanuel, président du Centre de recherche, professeur émérite de Langue et littérature italiennes à l'Université Paris-Sorbonne, est décédé ce 28 novembre 2019. Les obsèques auront lieu mardi 3 décembre à 10 h 30 dans l’église Saint Jean-Baptiste de Grenelle. Travailleur infatigable, il mit jusqu'à sa mort ses très grandes qualités humaines et intellectuelles au service du poète qui l’honorait de son amitié depuis 1966.
     En attendant de plus amples hommages, on trouvera ci-dessous le récit qu’il faisait de sa première vraie rencontre avec Pierre Emmanuel et le premier article qu’il publia sur son œuvre dans la revue La Table ronde.

François Livi, « Ligne de faîte », La Table ronde, n° 227, décembre 1966, p. 147-148.
 

Éditions, rééditions…

Février 2019

     Les éditions Corlevour rééditent La Face humaine.

 

     « Le but de ce livre n’est pas de donner je ne sais quelles règles d’une poésie qui se dirait "religieuse", mais de montrer quel mode d’adoration prolonge logiquement la poésie. Louange adressée à l’Ouvert, ce livre est lui-même un acte d’adoration mené de son début à son terme.
      L’adoration, face au transcendant, est l’acte intégrateur parvenu à son point de rupture : donc le résultat du travail de la pensée en vue de sa cohérence même, travail qui réussit par cette rupture illuminante où il échoue. Ce travail fait apparaître et converger dans l’homme certaines directions ou intentions privilégiées, constantes de l’esprit dans son activité créatrice, dans sa quête réalisante. La poésie, l’une de ces constantes, peut être dite l’usage exhaustif du verbe en quête de son essence.
     Qui entend cette définition est un poète, quand même il n’aurait jamais écrit un seul vers : mais qui ne l’entend pas, même s’il est poète, ne sera jamais pleinement, exhaustivement tel. Sans pour autant mépriser le métier des vers, ni les jeux verbaux de l’intelligence sensible, je n’emploie le mot "poésie" que dans le sens d’attention passionnée à la vérité consubstantielle au langage, mieux : d’identification singulière au destin du verbe humain. De cette vocation, je cherche la fin aux deux sens du mot : fin qui en est évidemment l’essence. » Pierre Emmanuel

     Sur le site de l'éditeur

On en parle...

2 janvier 2023

     La règle du jeu publie sur son site un article de Michaël de Saint-Chéron : « Krzysztof Pomian, fascinant historien des musées du monde », dans lequel il reprend une expression de Pierre Emmanuel à propos de Hölderlin.

On peut lire l’article ici.


15 octobre 2022

     Daniel Trallero nous communique une nouvelle référence : Cath’s Arts 14, Bulletin de la Communauté des Beaux-Arts, 5e année, n° 15, Paris, qui reprend intégralement une conférence de Pierre Emmanuel et les questions qui suivent sous le titre « Dieu et l’activité de l’artiste », précisant : « 2e édition du texte de la Conférence donnée le 6 mars 1967 aux Artistes et aux Élèves des Écoles d’Art. »


 

7 octobre 2022

     L’Express présente le dernier livre de François Cheng, Une longue route pour m’unir au chant français, qui rappelle entre autres sa rencontre avec Pierre Emmanuel en de très belles pages.
     On peut lire l’article ici.


25 septembre 2022

     La République des Pyrénées évoque le centenaire de l’Académie de Béarn et rappelle qu'elle « fut sollicitée pour le centenaire du poète Pierre Emmanuel en 2016 ».
     On peut lire l’article ici.


8 septembre 2022

     Un article de L’Humanité sur Dieulefit rappelle que Pierre Emmanuel y vécut durant la guerre et son propos : « À Dieulefit, où nul n’est étranger ».
     On peut lire l’article ici.