PIERRE EMMANUEL

Les nouveautés sur le site

Octobre 2018


   La frise du centenaire en 3D : activités et articles à voir ici
~ janvier 2016-avril 2017 ~

 

• Cela s'est passé un... Semaine du 14 au 21 octobre (ci-dessous).

L'extrait du mois :
     - L’Autre, 23, Seuil, 1980, Oeuvres poétiques complètes, t. II, L'Âge d'Homme, 2003, p. 922.

     - « La contemplation créatrice », Choses dites, DDB, 1970.

• Regard sur... Jean Follain

Des nouvelles dans "On en parle...", colonne de droite: livres, émissions et articles nouveaux sur Pierre Emmanuel.


 La lettre de l'Association des Amis de Pierre Emmanuel et le bulletin d'adhésion 2018. Merci aux généreux donateurs !



IMPORTANT : Les photos, textes et autres documents de ce site ne sont pas libres de droit, ceux de Facebook ou des affiches non plus.


• Rappel : les liens sont visibles lorsqu'on passe sur le texte.
               Pierre Emmanuel a sa page facebook (ici).

 
Précédemment...    en 2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012

Le mot de l'Association

     Depuis sa création, en 1985, l'Association s'est attachée à servir la mémoire de Pierre Emmanuel et à faire connaître son œuvre en apportant son soutien à des publications, rencontres, expositions, émissions radiophoniques et à différents hommages en France comme à l'étranger.
     La création d'un site Pierre Emmanuel s'est imposée comme une évidence et une priorité. Un nouvel outil pour retracer l'itinéraire de l'écrivain, du poète et de l'homme d'action engagé dans son siècle en faisant découvrir ses multiples visages : l'homme de culture, son action auprès des médias, mais aussi l'homme de foi, l'homme courageux, le résistant, le défenseur des droits de l'homme.
     C'est un travail énorme qui fut engagé, un travail exigeant et rigoureux mené par Anne Simonnet (*) aidée dans ses recherches par des témoins de la vie de Pierre Emmanuel, par le Centre de recherche et par la famille du poète. Une approche aussi complète a nécessité des années de consultation dans les archives de la BNF, de l'Imec, l'Ina, et d'autres fonds. Des manuscrits, des photographies, des lettres et des documents souvent inédits, prêtés par des amis, des proches ou d'anciens collaborateurs de Pierre Emmanuel ont considérablement enrichi le site.
     Pierre Emmanuel visionnaire, initiateur et créateur de la Vidéothèque (Forum des Images), confiant dans les nouvelles technologies, aurait certainement apprécié l'instrument de connaissance, de dialogue et d'échange que constitue un tel site.
     Proposer un site clair, lisible, complet et accessible à tous, telle fut notre démarche pour que Pierre Emmanuel reste vivant dans les mémoires.

Catherine Carlier, Présidente de l'Association

 

 (*) Anne Simonnet est professeur de Lettres classiques, Docteur ès Lettres, auteur de l'ouvrage Pierre Emmanuel, poète du Samedi saint et d'une thèse : Le Christ de Pierre Emmanuel. L'élaboration d’un mythe personnel.

La lettre de l'Association 2018Bulletin d'adhésion 2018

Cela s'est passé un... (La micro-information du jour)

14 octobre

14 octobre 1953

     Enregistrement de deux émissions radiophoniques : « Une aventure de l’esprit », entretien avec G. Cattaui dans le cadre de « Des idées et des hommes », de Jean Amrouche – « Je crois même qu’il faut insister et qu’il faut dire que lorsque Massignon parle des événements, de ce qui se passe dans l’univers quotidien et qui à nous nous apparaît linéaire, il accorde à ces événements une valeur symbolique et tout d’un coup ce qui ne serait pour nous qu’un fait devient pour nous le signe d’une présence, devient aussi le signe d’une espèce de destin que Dieu veut inscrire dans l’histoire. » – , et « Dramaturgie de l’étrange », dans lequel Pierre Emmanuel présente Empereur Jones, d’Eugène O’Neil.

 

15 octobre

15 octobre 1949

     Anonyme, « Memento - Sottens – Les dix étapes de la vie tourmentée de Frédéric Chopin », Feuille avis, Lausanne, 15 octobre 1949, p. 30. L’article annonce une émission radiophonique en l’honneur de Chopin, dont le texte est produit et donné par Pierre Emmanuel.

 

16 octobre

16 octobre 1939

     Lettre à J. Maritain. « Je suis au collège de nouveau. Beaucoup de travail, assommant, et un salaire très faible avec les impôts nouveaux (d’ailleurs plus que justes). Jeanne n’a rien. J’ai parfois l’impression que le temps m’enserre d’anneaux de plus en plus stricts, de plus en plus horribles. Je vais m’employer à trouver autre chose que l’enseignement ici, qui m’horripile : être lecteur à l’étranger, secrétaire de quelqu’un, n’importe quoi qui ne soit pas cet horrible travail de pélican ridicule.
     J’ai beaucoup travaillé, écrit en particulier un grand chœur « Miserere », à sujet très actuel : la lutte du Verbe et de la voix de l’abîme, du péché. Et beaucoup d’autres poèmes. Créer est le seul moyen de triompher d’ici, et de préparer l’avenir. »

 

17 octobre

17 octobre 1965

     André Marissel, « La Face humaine de Pierre Emmanuel », Paix et liberté, 17 octobre 1965, p. 2. « nous nous plaisons à reconnaître la noblesse d’inspiration de La Face humaine. Mais comme nous aimerions trouver, dans l’avenir, sous la plume de P. Emmanuel, un langage d’expérience plus concret : ces portraits, ces témoignages, qui ont fait de Qui est cet homme et de L’ouvrier de la onzième heure, pour les gens de ma génération, des livres à placer non loin de La grande peur des Bien-pensants » de Bernanos, de L’homme révolté de Camus. “J’ai juré de vous émouvoir, d’amitié ou de colère, qu’importe !” -, s’écriait l’auteur du Scandale de la Vérité ; sa dialectique n’était pas toujours sans faille mais son verbe nous brûlait et nous purifiait…
     Est-ce laisser entendre que P. Emmanuel a cessé de nous remuer ? Non. S’il dérange quelque chose, ce sont nos conceptions d’intellectuels. »

 

18 octobre

18 octobre 1973

     « Éducation sexuelle et amour », article de Pierre Emmanuel dans Le Figaro, p. 48. « Comment donner une éducation sexuelle à l’école ? La circulaire ministérielle n’est explicite que pour ce qui a trait à l’information. […] Il faut savoir gré au ministre de fonder cet enseignement sur le respect de la vie universelle. Prendre conscience le plus tôt possible de l’histoire de celle-ci est plus qu’une étape décisive de la formation globale : ce peut être le germe d’une disposition morale qui ne cessera qu’avec la vie. Autant que scientifique, cette découverte devrait être esthétique, aider à pressentir que le monde est beauté : l’émerveillement, dans la formation, est aussi nécessaire que la connaissance enserrent en nous la genèse même du vivant, serait matière à exercer la sensibilité et la fonction imaginante.
     Or justement la curiosité et l’inquiétude sexuelles débordent le pur biologique, la circulaire a peine à nous éclairer sur l’attitude à prendre par l’enseignant. »

 

19 octobre

19 octobre 1946

     Anonyme, « Çà et là », Le Littéraire, Samedi 19 octobre 1946, p. 4, annonce que Pierre Emmanuel est en Angleterre pour le service de la radiodiffusion française.

 

20 octobre

20 octobre 1939

     Lettre à Jean Paulhan. « [P]our les jours qui viennent, la pensée ne saurait être que l’antidote d’une absence, par conséquent rien d’organique ou plutôt d’organisé : l’étrange désagrégation des formes politiques est accompagnée d’une désagrégation aussi active de l’histoire elle-même (qu’est-ce que le peuple, la tradition, la nation ?...). L’idée de révolution est elle-même dépassée, puisque, jusqu’ici, la révolution n’a été que l’intervalle entre deux statismes : pour tout dire, la guerre, comme l’après-guerre, sont impensables : que ce soit, comme vous le dites très bien, par un échec du langage, que ce soit parce que, pour la première fois depuis longtemps, l’histoire fasse défaut. »

 

21 octobre

21 octobre 1949

     « Une trop longue équivoque »,article de Pierre Emmanuel dans Le Monde, p. 1 et 5. « Notre amour de la justice ne date pas d’hier : il ne doit rien à des lumières partisanes. Nous n’avons pas attendu le mot d’ordre pour nous révolter contre l’injuste : notre instinct nous a suffi. Pendant la guerre et l’occupation nous avons été des partisans de la seule justice ; les communistes qui furent alors à nos côtés, on nous dit qu’ils étaient partisans d’autre chose, de cela même contre quoi nous nous révoltons aujourd’hui. C’est possible pour certains, les grandes têtes, les petits Hegels corsetés de système ; mais nous témoignerons, mes amis, qu’en ce temps-là nos camarades communistes, ceux de la piétaille comme nous, furent soulevés d’une passion indivise de la nôtre : la justice n’avait qu’un nom, elle était la justice, c’est tout. Et beaucoup sont devenus communistes au nom de cette justice absolue ; pas plus que nous ils n’imaginaient qu’il en pût exister une autre. L’imaginent-ils aujourd’hui ? Nous sommes en droit de le leur demander.
     Nous avons fait un beau rêve : nous parlions alors de familles spirituelles, réconciliées dans un commun amour. Cela dura deux, trois ans ; nous ne voulions pas quitter ce rêve. Au contraire nous espérions le vérifier à la longue. Les communistes nous disaient : “Avec nous !” Et nous cherchions à “provoquer le dialogue” (c’était l’une de nos expressions favorites) tandis qu’ils soliloquaient. Jusqu’au jour où nous nous aperçûmes que nous étions tout seuls. »

 
 

À écouter...

Un extrait de Babel lu par Pierre Emmanuel en 1983

 

L'extrait du mois

Poésie

 

          Qui m’aura dit ces mots : mourir de mort,
          Si lourds d’un sens que j’ignore et révère ?
          Mourir : vaguer telle une âme qui dort
          Somnambulant à l’abri des paupières…
          Mais, mort : rien, même en rêve, n’est ce nom
          Cabrant l’esprit qui n’ose passer outre
          Ce qui l’instruit de ce côté de lui.
          De ce côté ? Rond de partout, il n’a point d’autre.
          Ici est ce qui est : tout. Et peau de la nuit
          Ou ma peau, c’est même texture : monde clos.
          Clos ? Que peut signifier ce mot sans son contraire,
          Et qui tranche entre vie et mort de son couteau ?

L’Autre, 23, Seuil, 1980.

__________________

Prose

     « Trop de gens croient que la contemplation n’est possible qu’à loisir. Or sa grandeur est d’être un état spirituel compatible avec les situations les plus contraignantes, voire exténuantes pour le corps et l’esprit. Certes, n’en sont alors capables que des âmes exceptionnelles, souvent parfaitement cachées. Toujours et partout, la sainteté se rapporte à sa source, où elle trouve la force d’endurer autrement, de changer en oblation, ce que la plupart ne peuvent supporter. Elle ne connaît aucune des limites qu’imposent la misère, le travail servile, la dégradation de la dignité : ni ces autres limites que sont le vide intérieur et la distraction perpétuelle. En tout cas, dans des situations moins extrêmes, l’exemple des saints prouve que l’attention intérieure transforme le sens des actes et des rapports journaliers. Car l’état contemplatif indivisible de l’activité quotidienne effectue le tri permanent de toutes les impressions de l’âme, tri parfois héroïque chez les saints, mais qui, dans l’existence ordinaire, peut devenir de plus en plus inconscient à mesure que l’âme gagne en transparence, donc en profondeur. Ce choix de signes concrets en vue de leur transmutation spirituelle ne leur ôte rien de leur réalité immédiate : une sensation, un effort, un mouvement intérieur, une souffrance offerte, sont objets de joie, causes de joie pour la journée entière. »

Choses dites, « La contemplation créatrice », DDB, 1970.

Le centre de recherche

Le mot du Président

     Le Centre de Recherche Pierre Emmanuel attache la plus grande importance au site Pierre Emmanuel. Récemment créé, grâce à l’Association des Amis de Pierre Emmanuel, à la générosité de la famille du poète, aux compétences et à l’inlassable activité d’Anne Simonnet, ce site fédère les efforts de tous ceux qui sont attachés à l’œuvre de Pierre Emmanuel et ont pris à tâche de la faire mieux connaître. Très riche et fort bien présenté, ce site est un excellent instrument de dialogue entre les spécialistes de Pierre Emmanuel et ceux qui, venant des horizons les plus variés, découvrent son œuvre littéraire, son action culturelle, son engagement dans la vie de la cité.
     Depuis sa fondation, en novembre 1986, le Centre de Recherche Pierre Emmanuel s’efforce de promouvoir et de développer la recherche sur l’œuvre, les activités et la pensée de Pierre Emmanuel. Du premier classement des manuscrits et des inédits du poète à l’organisation de colloques universitaires, de la publication des œuvres poétiques complètes à la publication d’inédits, ses réalisations se sont toujours inspirées de ces principes. La vitalité du site est une aide très efficace à la réussite des actions envisagées pour 2014, trentième anniversaire de la mort de Pierre Emmanuel, et 2016, centième anniversaire de sa naissance.

François Livi, Président


Souvenir et hommage des exécuteurs testamentaires

     Ginette Adamson, Anne-Sophie Constant et François Livi.
     
Chacun d'eux a bien voulu répondre à trois questions :
     - Comment avez-vous connu Pierre Emmanuel ?
     - Quel livre du poète préférez-vous ?
     - Pourquoi vous semble-t-il important que son oeuvre soit connue ?
 

Éditions, rééditions…

On en parle...

17 août 2018

     Michaël de Saint-Chéron cite un poème du Jacob de Pierre Emmanuel dans un hommage à Soulages publié sur le site La règle du jeu.

     On peut le lire ici.


4 juillet 2018

     Le grand poète et romancier Georges-Emmanuel Clancier est mort ce matin. Les journaux rappellent à cette occasion sa proximité avec Pierre Emmanuel durant la guerre, en particulier comme membres du comité de rédaction de Fontaine. Ils s'étaient rencontrés pour la première fois aux journées de Lourmarin, en septembre 1941. G.-E. Clancier, qui, comme Pierre Emmanuel, fut un temps président du PEN Club, racontait dernièrement leurs premières rencontres dans son dernier ouvrage : Le Temps d’apprendre à vivre, que le site signalait en février 2016 (cf. ici)

     On peut lire ici un extrait de Pierre Emmanuel sur Georges-Emmanuel Clancier,

     Et ici un extrait de Georges-Emmanuel Clancier sur Pierre Emmanuel.


29 mai 2018

      Les « Nuits de France Culture » diffusent une nouvelle fois l’émission « Dialogues » du 23 janvier 1973 qui « avait réuni Pierre Emmanuel et René Diatkine président de la commission du développement  culturel et René Diatkine, psychiatre et psychanalyste pour dialoguer sur la thématique de la créativité et les âges de l'homme.
     Pierre Emmanuel y analysait ainsi la place de l'imagination :
     “À mon sens, la formation actuelle privilégie l'intelligence abstraite au détriment de ces forces plus immédiates que sont l’affectivité cherchant sa forme et l'imagination, c'est à dire le moyen de transformer le monde par les images qu'on s'en donne. Et je pense que l'imagination dans cet ordre d'idée est aussi importante pour le savant qu'elle l'est pour l’artiste et que finalement le moment imaginaire initial est assez analogue chez l'un comme chez l'autre.” » (Notice INA)

     On peut l’écouter ici.


29 mai 2018

     Les Éditions Honoré Champion publient un ouvrage d’Arnaud Despax, membre du Centre de recherche Pierre Emmanuel : Totalité et poésie au XXe siècle, fruit de sa thèse de doctorat, dont un tiers est consacré à l’œuvre de Pierre Emmanuel.

 

Bon de commande

 


27 mai 2018

      Le journal Le Télégramme rend compte de l’hommage aux résistants morts au maquis de Kerguiniou (Côtes du Nord) le 23 mai 1944. Le « fils d’Yves Derriennic qui était lui-même enfant soumis au chantage des Allemands pour dénoncer son père, fusillé à 32 ans. Le jeune père de famille travaille depuis quinze ans à la collecte des témoignages des résistants encore en vie. « Cela donne un sens concret aux valeurs humaines », a-t-il résumé après avoir évoqué la soif rageuse d’être libre, exprimée dans un poème de Pierre Emmanuel. »

     On peut lire l’article ici.


7 mai 2018

     Alexandre Gefen écrit sur le site du CNRS « “Écrivez partout” : Mai 68 et la littérature » :
     « Michel Butor, Jacques Roubaud, Jean Duvignaud, Nathalie Sarraute et Jean-Pierre Faye viennent occuper l’hôtel de Massa de la Société des gens de lettres pour fonder l’Union des écrivains (UE), vite rejoints par Sartre, Beauvoir, Leiris, Pingaud, Michaux sous le regard parfois sceptique, mais souvent enthousiaste, des anciens, Mauriac, Malraux, Pierre Emmanuel et Vercors. »

     On trouve l’article ici.


Mai 2018

     La revue Liturgie, publiée par la Commission francophone cistercienne, fait paraître un long article d’Anne Simonnet sur Pierre Emmanuel (p. 96-122) dans un numéro consacré à la poésie.




19 avril 2018

     Roselyne Chenu fait paraître un ouvrage essentiel aux éditions du Félin : En lutte contre les dicatures : Le Congrès pour la liberté de la culture (1950-1978).
     Assistante de direction au Congrès pour la liberté de la Culture, elle y a longtemps travaillé avec Pierre Emmanuel. Son témoignage est d’autant plus important qu’elle demeure la seule survivante du secrétariat international de ce Congrès.